02 décembre 2007

14eme partie : le dilemme du roublard

Il fallait maintenant sortir de cet endroit maléfique et bien sur la seule sortie non explorée restait cette porte d’où l’on pouvait entendre des sentinelles aller et venir.

Pendant que notre troupe d’intrépides se focalisait sur la direction à choisir, Kaldor reprit espoir de ne pas mourir trop tôt d’empoisonnement.

En effet, depuis que Kerith avait senti en lui un nouveau pouvoir émaner de son être, il lui apprit qu’il pouvait maintenir le poison en respect jusqu’à ce qu’il puisse l’éradiquer irrémédiablement de son corps.

Kaldor pouvait souffler, un poids venait de s’évanouir au loin, il pouvait désormais combattre l’ennemi sans crainte de mourir atrocement.

Nos héros finalement décidèrent d’aller se reposer dans la petite pièce où l’on entreposait les divers objets de jardinage et caisses de légumes afin de pouvoir retrouver toutes leurs forces. En arrivant non loin de l’endroit, ils entendirent une porte s’ouvrir et une troupe fortement armée approcha.

Ils firent demi-tour pour aller finalement à la porte gardée pendant que les 8 guerriers humains ainsi que 2 clercs fouillaient méticuleusement les pièces attenantes.

Pendant que les ennemis vérifiaient qu’aucun assaillant ne se trouvait sous une table ou derrière une armoire, Kaldor crocheta rapidement la porte et Kerith, Laucian, Galanodel et lui même entrèrent rapidement. Kaldor referma en crochetant la porte.

Trois possibilités s’offraient à nos héros mais toutes les 3 étaient bloquées par 2 sentinelles. Le temps n’était plus à la réflexion mais à l’agissement. Ils foncèrent tous les quatre tout droit en fondant inexorablement sur les sentinelles aussi surprises que terrifiées. Laucian les fit voler en éclat, la voie était libre.

Pourtant les autres gobelins sonnèrent l’alarme grâce au son du cor. En plus d’alerter les gobelins environnants, la troupe surarmée savait que nos héros fuyaient. Car il fallait désormais parler de fuite, pour une fois ils sentirent que l’affrontement pouvait être aussi fatal qu’inutile.

Malgré le renfort de 5 gobelins pour gêner l’avancée, le passage fut fait, les créatures furent rapidement abattues. Mais 4 autres gobelins collaient au train de la troupe qui dorénavant pouvait voir la lumière du jour on fond d’un couloir.

Ils fonçaient tout droit et se retrouvèrent à un endroit connu, au centre de la montagne près du fort des gobelins qu’ils avaient évité en la survolant sur un disque planant créé par Linoé.

Que faire ? Ils savaient que cet endroit était sans issue à part l’entrée par laquelle ils venaient d’arriver où celle par laquelle ils étaient sortis quelques heures auparavant.

Une idée lumineuse, enfin pensaient ils, arrivait à Kerith qui fort d’un sort de vol se proposa d’emmener un par un, en les soulevant, nos héros hors de portée des ennemis.

Seul soucis de taille, il était quasiment impossible de trouve un endroit parmi ces parois abruptes capable d’accueillir 4 personnes sans être à la vue de tout être.

Surtout que 4 gobelins les suivaient à bonne distance, mais pas trop proche pour éviter une flèche meurtrière de Laucian ou un coup d’épée dévastateur de Galanodel.

Pourtant il fallait se décider rapidement car les guerriers arrivaient enfin en renfort après avoir défoncée la porte qui gênait le passage. Tout ce petit beau monde se mis à courir afin de distancer les troupes adverses, Kerith ramassa alors Kaldor afin de trouver cet endroit si propice.

Mais il devait se rendre à l’évidence que nul endroit n’était assez sur pour déposer tout le monde, ils décidèrent alors de retourner vers le passage emprunté 3 jours plus tôt. Retourner voir la déesse de la fontaine n’était finalement pas une si mauvaise idée.

Kerith tenait à distance les 4 gobelins pendant que Linoé, Galanodel et Kaldor couraient aussi vite qu’ils le pouvaient, ils arrivaient enfin à un cours d’eau à la nuit tombante, une nuit pour une fois sans lune apparente, les dieux étaient avec eux.

Ils traversèrent sans encombre le petit ru et les gobelins abandonnèrent la poursuite.

Fallait il pour autant se reposer sur place en prenant le risque de se faire attaquer ? Apparemment cette solution ne plaisait guère et ils s’enfoncèrent de nouveau sous la montagne afin de rejoindre l’échiquier qui leur apporta autant de joies que de tristesse.

Après s’être enfin reposé et repris de nombreuses forces, il était temps de faire le point sur cette aventure et de peser le pour et le contre dans la stratégie à tenir.

Leur quête semblait à la fois si proche de la réussite mais aussi si loin. Kaldor pris alors l’initiative de fournir à la déesse de quoi obtenir les 4 coordonnées manquantes, le boomerang et sa rapière magique. mais là fée ne pouvait acceptée le sacrifice de Kaldor qui avait déjà donné son arme précédente et intima Laucian a ce libérer de son arc merveilleux. Tout était enfin réuni pour accéder à la porte finale, leur Graal, leur bonheur ultime, l’affrontement final contre un ennemi à l’énergie et à la force très au dessus de leur capacité…mais Laucian refusa tout net de se séparer de son arme préférer ainsi la quête reprenais son cours.

La décision fut prise de se diriger vers la citadelle noire mais sans savoir comment faire pour récupérer la dernière coordonée…

« Ne faudrait il pas plutôt attendre un peu d’être plus puissant ? » La déesse venait de semer le trouble parmi nos héros, et le conseil prodigué était finalement sans doute très bon à suivre.

« Ne vaudrait-il pas mieux porté vos découvertes au plus hautes autorités du royaume. »

Un retour auprès du roi D’Arvul afin d’apporter des nouvelles était sans doute la meilleure solution plutôt que d’aller se jeter dans la cité noire sans réellement connaître les forces maléfiques qui pouvait s’y trouver.

Le boomerang et la rapière resteront encore la propriété du roublard.

Après tout ce n’est pas vraiment une déroute mais juste une retraite bien méritée afin d’apporter des nouvelles fraîches au roi qui n’en attendait sans doute pas tant. Une fois sorti de la pièce de la fontaine, Kaldor eu un affreux doute, on peut très bien rentrer dans l’échiquier lorsque toutes les portes sont refermées… Trop tard, à peine la porte close derrière eux que dans l’angle opposé, une autre s’entrebâilla inexorablement.

Un des 8 guerriers apparaissait sur le seuil, il était quasiment sur que le reste de la troupe devait suivre. Il n’y avait plus d’issues possibles, le combat était obligatoire, la mort certaine.

Nos héros maudissaient en silence la divinité de Linoé qui une fois encore ne l’avait pas renvoyé à temps pour les aider.

Tant pis il fallait se battre, pour la gloire, pour leur paix intérieure, mourir d’en d’horribles souffrances mais au moins dans la dignité.

2 guerriers entrèrent et furent surpris par Laucian qui pour une fois ne décocha pas une flèche mais un sort fort utile, une toile d’araignée, qui figea ce beau petit monde, ou du moins pouvait ralentir l’avancée ultime et implacable des ennemis du bien.

Malgré tout avec leur force les guerriers parvenaient à avancer, lentement certes, mais suffisamment pour arriver au bord de la toile où attendaient Laucian et Galanodel prêts à en découdre coûte que coûte. Pendant ce temps Kerith lança ses fameuses armes spirituelles tandis que Kaldor attendait son heure, enfin ne pouvait pas faire grand chose.

La progression des guerriers était plutôt lente et la résistance de nos héros plutôt vaillante, cette toile équilibrait les forces en présence, même Kaldor parvenait à immobiliser un guerrier pendant que Laucian lui tirait dessus.

Lorsque l’un des clercs rentra dans la pièce de l’échiquier la donne changea car il lança aussitôt lui aussi une arme spirituelle en réponse à Kerith.

Les 2 clercs entrèrent enfin et s’apprêtaient à répandre la terreur  parmi nos amis. Mais rien ne vint, étrange situation mais l’explication venait de Kerith qui profita de ses compétences pour interdire le moindre son, la moindre parole qui pouvait s’extirper de leurs cordes vocales.

Cette erreur était fatale aux clercs qui dépourvus de possibilité d’attaquer ne pouvaient que subir les frappes incessantes des armes spirituelles qui décima peu à peu les forces en présence.

Les guerriers tombèrent un à un malgré une excellente résistance qui vit nos héros perdre quelques forces. Le 1er clerc tomba ce qui sonnait le glas des vaillants assaillants. Tour à tour, Laucian, Galanodel et Kerith tuèrent ces féroces créatures qui pourtant semblaient en position de force.

Le 2ème clerc succomba bientôt, il ne restait plus qu’un seul guerrier, qui après avoir été assommé par Kaldor était attaché par Laucian pour un interrogatoire en règle.

Kaldor ne voulait pas voir souffrir cet humain et le tua sous les yeux hagards de Laucian qui regrettait déjà de ne pas avoir pu faire parler cet homme.

La place était enfin nette, enfin pas tout a fait car il restait l’arme spirituelle de l’un des clercs qui essayait de s’attaquer vainement à Kerith et qui disparu sans avoir pu entamer les forces du prêtre.

Un grand ouf de soulagement se fit sentir et la réouverture de la pièce de la fontaine fut aussitôt fait afin d’éviter toute autre intrusion.

Il fallait maintenant se reposer et poursuivre l’aventure. Mais maintenant que le passage était de nouveau libre, un retour auprès du roi D’Arvul n’était peut être pas si obligatoire…bien que le conseil de la déesse fut présent a leur esprit « la victoire n’est pas affaire d’un seul homme mais de toute une nation…et une bonne information peut se révéler plus utile que bien des secrets  ».

Propos recueilli dans le fascicule ultime de ‘’ la survie en milieu inhospitalier ‘’ de kaldor.

Posté par god007 à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 14eme partie : le dilemme du roublard

Nouveau commentaire